CHAN 2016 : Amrouche donne ses favoris !

 

L’ancien sélectionneur du Burundi, de la Guinée Equatoriale et du Kenya  s’est prononcé sur le CHAN 2016 dans une interview exclusive qu’il a accordé à « Afrique Football ». Cette interview a été aussi l’occasion pour l’ancien joueur de la JS Kabylie de se prononcer sur le football africain.

 

Afrique Football : Que devient Adel Amrouche ?

Adel Amrouche : Je suis consultant sur beIN Sports au Qatar. Je m’occupe aussi de la formation des entraîneurs en Belgique. Je fais donc les va-et-vient entre Bruxelles et Doha. Je suis en contact avec des sélections et clubs africains. Mais, pour le moment, je suis libre de tout engagement.

Quel regard portez-vous sur le niveau technique du CHAN ?

Le CHAN 2016 affiche un  bon niveau en général. Il y a des équipes qui montrent de bonnes choses tactiquement et physiquement. Des équipes surprenantes, comme la RD Congo, et des déceptions, comme le Maroc, qui dispose pourtant de gros moyens et d’une Fédération bien organisée. Il faut dire que ce n’est pas facile de jouer dans cette région de l’Afrique, que je connais très bien, à cause de l’altitude et des pelouses souvent synthétiques.

Quelle équipe voyez-vous remporter cette CAN ?

La Côte d’Ivoire et la RD Congo ont le potentiel pour remporter cette compétition. La RD Congo a maintenu la même dynamique qui leur avait permis de remporter la première édition du CHAN avec des joueurs d’expérience qui sont toujours là.

Quels sont les joueurs qui vous ont le plus interpellé, lors de cette première phase du CHAN 2016 ?

Il y a plusieurs joueurs qui sortent du lot. En parlant d’expérience, Katongo (NDLR : L’attaquant de 33 ans de la Zambie) joue un grand rôle avec les Chipolopolo de la Zambie. L’attaquant et le Capitaine de la Côte d’Ivoire, par exemple. Le latéral gauche de la RD Congo m’a également séduit par sa touche technique.

Le niveau du football africain progresse-t-il sur le plan local ?

Le niveau du football africain a évolué. Mais, il pourrait s’améliorer davantage, si les dirigeants prenaient un peu plus conscience de leur rôle. Ils doivent prendre exemple sur des hommes comme Moise Katumbi, le Président du TP Mazembe, qui fait du bon travail, de façon professionnelle, en RD Congo.

 

Propos recueillis par Bienvenu Azoma

0
0
0
s2sdefault